topblog Ivoire blogs

04/03/2018

À quoi cela sert-il de jeûner ?

Partager, donner à ceux qui manquent, d’accord, c’est utile. Mais se priver de nourriture pour soi-même, en quoi est-ce vraiment utile ? Pourquoi les chrétiens attachent-ils tant d’importance au jeûne ?

Dans toutes les grandes expériences religieuses, le jeûne occupe une place importante. L’Ancien Testament classe le jeûne parmi les fondements de la spiritualité d’Israël : « Mieux vaut la prière avec le jeûne, et l’aumône avec la justice, que la richesse avec l’iniquité ». Le jeûne suppose une attitude de foi, d’humilité, de totale dépendance par rapport à Dieu. Le jeûne, inséparable de la prière et de la justice, est tourné surtout vers la conversion du coeur, sans laquelle il n’a aucun sens.

À la suite de Jésus

Poussé par l’Esprit, Jésus, avant de commencer sa mission publique, jeûna quarante jours en signe d’abandon confiant au dessein de son Père. Il donna ensuite des indications précises pour que chez ses disciples la pratique du jeûne ne se prête pas aux formes dévoyées d’ostentation et d’hypocrisie.

Fidèles à la tradition biblique, les Pères ont tenu le jeûne en grand honneur. Selon eux, la pratique du jeûne facilite l’ouverture de l’homme à une autre nourriture, celle de la Parole de Dieu et de l’accomplissement de la volonté du Père ; elle est en liaison étroite avec la prière, elle fortifie la vertu, elle suscite la miséricorde, elle implore le secours divin, elle conduit à la conversion du coeur. C’est de ce double point de vue — l’imploration de la grâce du Très-Haut et la profonde conversion intérieure — qu’il faut accueillir l’invitation au jeûne. En effet, sans l’aide du Seigneur, il sera impossible de trouver une solution aux situations dramatiques auxquelles le monde est confronté.

eglise.catholique.fr

11:05 Écrit par Nicou | Commentaires (0) |  Facebook | |

« Ce Temple, c’est vous »

1. Regardons surtout le zèle avec lequel Jésus réagit fasse à la perversion qu’il constate dans le temple de Dieu, dans son temple. Jésus voit les marchands d’animaux, les changeurs et il réagit de façon déterminée et intransigeante : il jette, il renverse, il dit : « Enlevez cela d’ici ». « L’amour de ta maison fera mon tourment. » nous dit l’évangéliste.

2. La fin du passage lorsque l’évangéliste nous dit : « Mais lui parlait du sanctuaire de son corps » et la première épître de saint Paul aux Corinthiens nous éclairent : « (...) vous êtes un champ que Dieu cultive, une maison que Dieu construit. Selon la grâce que Dieu m’a donnée, moi, comme un bon architecte, j’ai posé la pierre de fondation. Un autre construit dessus. Mais que chacun prenne garde à la façon dont il contribue à la construction. La pierre de fondation, personne ne peut en poser d’autre que celle qui s’y trouve : Jésus Christ. (...) Ne savez-vous pas que vous êtes un sanctuaire de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? Si quelqu’un détruit le sanctuaire de Dieu, cet homme, Dieu le détruira, car le sanctuaire de Dieu est saint, et ce sanctuaire, c’est vous. » (1 Cor 3, 9b-11.16-17). Nous sommes la maison que Dieu a construite. Par la mort et la Résurrection du Christ nous avons été reconstruits en lui. Que de paroles fortes ! L’amour pour ce temple que nous sommes brûle dans le cœur de Jésus. Il ne peut accepter que celui-ci soit saccagé, désacralisé.

Dialogue avec le Christ
Le temple de Dieu, c’est moi. L’Esprit de Dieu habite en moi et en chaque homme. Prendre l’une des Paroles des Écritures qui t’a le plus toucher et répète-la en toi pour en prendre conscience, et demande à Jésus de la comprendre aujourd’hui plus en profondeur, demande-lui d’en faire l’expérience.

Résolution
Cherchons à regarder et à nous adresser aux autres en reconnaissant qu’ils sont temples de Dieu, qu’ils sont sacrés.

Catholique.org

00:05 Écrit par Nicou | Commentaires (0) |  Facebook | |