topblog Ivoire blogs

28/01/2018

« Oui, je suis le Saint de Dieu »

1. « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? » (Mc 1,24).
Jésus dit à mon âme : apprends à reconnaître l’esprit du diable quand il parle par la bouche d’un homme. Saint Jean vous aide à l’identifier lorsqu’il parle des anti-Christ : « Ils sont sortis de chez nous mais ils n’étaient pas des nôtres ; s’ils avaient été des nôtres, ils seraient restés avec nous. [...] Quant à vous, celui qui est saint vous a consacrés par l’onction, et ainsi vous avez tous la connaissance » (1Jn 2,19-20). L’esprit mauvais invite ainsi à la division, alors que l’Esprit Saint vous unit dans la charité. L’esprit du mal, « menteur et père du mensonge » (Jn 8,44), dit toujours des vérités perverties. Oui, c’est vrai, je suis venu parce que je voulais quelque chose de vous : votre amour. Cependant, je vous donne ce que je vous commande : mon Esprit d’amour, « pour que vous vous aimiez comme moi je vous ai aimés » (Jn 13,34). C’est pour cela que je parle « en homme qui a autorité » (Mc 1,22).

2. « Es-tu venu pour nous perdre ? » (Mc 1,24).
Oui, je suis venu pour que vous perdiez votre vie, car «  celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi » (Mt 10,38). Seulement, c’est pour qu’en échange, je vous donne ma vie, la vraie vie. Suis mes pas, Théophile, moi qui ai déjà affronté la mort pour toi : « Jésus avait été abaissé un peu au-dessous des anges, et maintenant nous le voyons couronné de gloire et d’honneur à cause de sa Passion et de sa mort. Si donc il a fait l’expérience de la mort, c’est, par grâce de Dieu, pour le salut de tous » (Hb 2, 9).

3. « Je sais fort bien qui tu es : le Saint, le Saint de Dieu » (Mc 1,24).
Oui, je suis le Saint, le Saint de Dieu, celui qui était au commencement auprès de Dieu, qui était Dieu (cf. Jn 1,1-2). Mais maintenant, je suis aussi vrai homme : « Car celui qui sanctifie, et ceux qui sont sanctifiés, doivent tous avoir même origine ; pour cette raison, Jésus n’a pas honte de les appeler ses frères » (Hb 2, 11). Si j’ai voulu être ton frère, Théophile, c’est pour que nous ayons le même Père, comme je disais à Marie-Madeleine lorsque je m’apprêtais à monter « vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu » (Jn 20,17).

Dialogue avec le Christ
« Comme Jésus Christ est demeuré inconnu parmi les hommes, ainsi sa vérité demeure parmi les opinions communes, sans différence à l'extérieur. Ainsi l'Eucharistie parmi le pain commun » (Blaise Pascal, Pensées, 789). Comme tu es discret, Seigneur, lorsque tu nous dévoiles ton amour ! Et pourtant, tu es allé jusqu’à mourir sur la croix pour nous ! Mais c’est pour nous laisser libres que tu ne t’imposes pas, c’est parce que tu cherches l’amour de nos cœurs, et celui-ci grandit dans la liberté. Ô Jésus, je cherche ta face, dévoile-moi ton amour et augmente ma foi en lui.

Résolution
Faire un acte de charité car si je n’ouvre pas mon cœur à l’amour de mon prochain, il restera fermé à celui de Dieu.

 

Frère Martin Baud, LC _ Catholique.org

00:05 Écrit par Nicou | Commentaires (0) |  Facebook | |

21/01/2018

« Ils partirent derrière lui »

« Jésus leur dit : Venez à ma suite, et je vous ferai devenir pêcheurs d'hommes. » Heureuse mutation de la pêche : Simon et André sont la pêche de Jésus... Ces hommes sont assimilés à des poissons, pêchés par le Christ, avant d'aller eux-mêmes pêcher d'autres hommes. « Et aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent. » Une foi véritable ne connaît pas de délai ; dès qu'ils l'ont entendu, ils ont cru, l'ont suivi et sont devenus pêcheurs. « Aussitôt, laissant leurs filets. » Je pense qu'à travers ces filets, ce sont tous les vices de la vie de ce monde qu'ils ont quittés... 

« Et quelques pas plus loin, il vit Jacques, le fils de Zébédée, et Jean, son frère... Aussitôt, il les appela ; et, laissant leur père dans la barque avec ses employés, ils partirent à sa suite. » On me dira : la foi est audacieuse. Quel indice avaient-ils, quelle marque sublime avaient-ils remarquée pour le suivre dès qu'il les a appelés ? Nous réalisons que de toute évidence quelque chose de divin émanait du regard de Jésus, de l'expression de son visage, qui incitait ceux qui regardaient Jésus à se tourner vers lui... Pourquoi dis-je tout cela ? C'est pour vous montrer que la parole du Seigneur agissait, et qu'à travers le moindre de ses mots, il travaillait à son œuvre : « Lui commanda, eux furent créés » (Ps 148,5) ; avec la même simplicité, lui a appelé, eux ont suivi... : « Écoute, ma fille, regarde et tend l'oreille, oublie ton peuple et la maison de ton père ; alors le roi désirera ta beauté » (Ps 44,11-12). 

Écoute bien, frère, et suis la trace des apôtres ; écoute la voix du Sauveur, ignore ton père par la chair, et vois le Père véritable de ton âme et de ton esprit... Les apôtres quittent leur père, quittent leur barque, quittent toutes leurs richesses d'alors ; ils abandonnent le monde et ses innombrables richesses ; ils renoncent à tout ce qu'ils possèdent. Mais ce n'est pas la masse des richesses que Dieu considère, c'est l'âme de celui qui y renonce. Eux qui ont quitté peu de chose auraient tout aussi bien renoncé, le cas échéant, à une grande fortune.

 

Saint Jérôme (347-420), prêtre, traducteur de la Bible, docteur de l'Église 
Homélies sur l'évangile de St Marc ; PL 52, 125-171 (trad. Marc commenté, DDB 1986, p.42s)

17:41 Écrit par Nicou | Commentaires (0) |  Facebook | |