topblog Ivoire blogs

04/06/2015

Le premier commandement

1. Un scribe vient poser une question, qui, pour une fois, semble-t-il, ne contient pas de piège. Et de fait, cette question sur le premier commandement est une question centrale. Peut-être la question la plus importante. Poser cette question, c’est demander : Seigneur, que dois-je faire ? Qu’est-ce qui est le plus important dans la vie, la chose à laquelle je ne peux pas ne pas porter attention ? C’est une question que nous nous posons tous. Que dois-je faire ? C’est aussi au bout du compte se demander : qu’est-ce qui donne un sens à ma vie ?

2. Sainte Thérèse de Lisieux, dans une de ses poésies, écrit : « La charité, voilà ma seule étoile. A sa clarté je vogue sans détour. J’ai ma devise écrite sur ma voile : Vivre d’Amour ». L’amour, voilà ce qui donne du sens à notre vie. L’amour, c’est la réponse si simple et si profonde à la question « que dois-je faire ? » Dieu ne nous donne pas une liste de choses à faire, il nous donne une consigne qui doit imprégner tout ce que nous accomplissons : aimer. Rien ne paraît plus simple, mais rien n’est plus exigeant. Car cela implique que nous changions notre cœur, c’est de là que vient le véritable amour. Et cela ne nous laisse pas de repos : c’est tout notre être, tous nos actes, toutes nos pensées qui doivent se faire guider par l’amour.

3. Si l’amour envers les autres est quelque chose que notre société accepte et même valorise, n’oublions pas que le premier que nous devons aimer, c’est Dieu. Et cela le monde a beaucoup plus de mal à l’accepter. Et pourtant, comme le montrent les systèmes politiques qui ont essayé de construire une société sans Dieu, le véritable amour pour les hommes ne peut venir que d’un véritable amour pour Dieu. L’homme reçoit toute sa valeur et sa dignité justement du fait qu’il est aimé de Dieu. Faisons donc nôtre cette devise si chère à Louis Martin, le père de sainte Thérèse : « Dieu premier servi ».

Dialogue avec le Christ
Seigneur, remplis mon cœur de ton amour. Que mon cœur soit tellement plein d’amour qu’il en déborde. C’est cela qui donne un sens à ma vie, c’est seulement cela qui peut remplir ma vie : recevoir ton amour, et donner ton amour.

Résolution
Faire un acte d’amour envers un de mes proches, en essayant de voir Jésus présent en lui.

 Frère Jean Marie Fornerod, LC - Catholique.org

19:39 Écrit par Nicou | Commentaires (0) |  Facebook | |

02/06/2015

Un seul Dieu

1. Dans cette scène, nous retrouvons les adversaires de Jésus, qui viennent lui tendre un nouveau piège pour pouvoir le condamner. Cette fois-ci ils veulent lui faire dire une parole contre l’occupant romain, pour pouvoir ensuite le dénoncer et qu’il soit condamné. Dans leur hypocrisie, ils commencent donc par le flatter, tout en lui rappelant qu’il ne doit pas se laisser influencer et qu’il faut qu’il parle dans la vérité. Ils voulaient sans doute l’inciter à ne pas avoir peur de prendre position contre les romains, afin qu’ils puissent obtenir ce qu’ils voulaient.

2. Mais Jésus, qui lit dans leurs pensées, échappe à leur piège, tout en nous instruisant sur la question que posent les pharisiens. Question qui, en elle-même, est légitime. Dieu a donné aux hommes le soin de s’occuper de la création, de la terre, et de s’organiser pour construire une société qui contribue au bien commun et au bien de chaque personne. Et, de fait, les premiers chrétiens n’ont pas cherché à construire leur propre nation, leur propre pays. Jésus nous demande de vivre au milieu du monde, respectant l’autorité légitime, en donnant le témoignage d’une vie chrétienne dans notre milieu de vie.

3. S’il faut rendre à César ce qui est à César, il faut tout d’abord rendre à Dieu ce qui est à Dieu. Les premiers chrétiens vivaient dans l’empire romain et respectaient ses lois. Mais, quand l’empereur, outrepassant sa légitime autorité d’organisation de la vie sociale, politique et économique, voulut obliger les chrétiens à l’adorer comme un dieu, ils refusèrent, et beaucoup furent martyrisés. Ce qui est le plus important, notre foi, notre appartenance au Christ, doit toujours avoir la première place dans notre vie. Notre âme a plus de prix que tous les trésors de la terre, c’est à Dieu qu’il faut la confier, et à personne d’autre.

Dialogue avec le Christ
Seigneur Jésus, je crois que tu es un roi. Un roi qui veut venir régner, avec humilité et amour, dans le cœur de tous les hommes. Viens en mon cœur ! Viens régner dans mon cœur, et que toute ma vie soit un signe que c’est à toi que je donne la première place.

Résolution
Essayer de discerner s’il n’y a pas un aspect, dans ma vie, où je ne donne pas à Dieu la première place.


Frère Jean Marie Fornerod, LC _ Catholique.fr

20:05 Écrit par Nicou | Commentaires (0) |  Facebook | |

01/06/2015

L’amour plus fort que tout

1. Ce passage de l’Évangile de Marc se situe peu avant la mort de Jésus. Nous savons que Jésus passa ses derniers jours avant sa Passion à Béthanie, chez ses amis, et, la journée, il se rendait dans les environs du Temple. Aux chefs des prêtres, qui juste avant avaient essayé de le piéger pour le condamner, il donne cette parabole.

2. Dieu avait, depuis des siècles, conclu une alliance avec les descendants d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Mais le peuple choisi se détourna plusieurs fois de son Dieu, pour se tourner vers des idoles. Dieu envoya alors les prophètes, qui, comme les serviteurs de la parabole, furent souvent mal reçus, parfois jusqu’à être mis à mort. Dieu envoya alors son Fils. Mais les chefs des prêtres (en charge de la vigne, c’est-à-dire de la vie religieuse d’Israël) ne le reçurent pas, au contraire ils le mirent à mort. Tel est le drame de ce Dieu qui aime son peuple, et qui fait tout ce qu’il peut pour qu’il se réconcilie avec lui. Et c’est le drame de l’homme, qui se détourne de son Créateur, pour se tourner vers les idoles : l’argent, le plaisir, le pouvoir, l’orgueil.

3. Demandons-nous alors ce que nous faisons avec la vigne que le Seigneur nous a confiée. Notre famille, notre travail, nos amis,... Dieu nous a confié tout cela pour que nous en prenions soin, et non pour que nous en profitions égoïstement. Voulons-nous d’abord servir, ou être servis ? Pouvons-nous dire que nous nous occupons sérieusement et charitablement des personnes que le Seigneur nous a confiées ?

Dialogue avec le Christ

Seigneur, change mon cœur de pierre en un cœur de chair. Donne-moi un cœur qui sache recevoir l’amour que tu veux me donner. Un cœur de pierre ne peut ni recevoir de l’amour, ni en donner. Un cœur de chair se réjouit et se fortifie de l’amour qu’il reçoit, et il n’a qu’un désir : aimer à son tour.

 Résolution

Faire un sacrifice pour demander pardon pour mes péchés, et demander la grâce de la conversion.

 

Frère Jean Marie Fornerod, LC - Catholique.org

00:00 Écrit par Nicou | Commentaires (0) |  Facebook | |