topblog Ivoire blogs

23/05/2015

« C’est ce disciple qui a écrit ces choses ; son témoignage est vrai »

1. Aujourd’hui, dernier jour du temps pascal, la liturgie nous propose les derniers versets de l’Évangile selon saint Jean. Nous y voyons la dernière apparition de Jésus aux douze, sur les rives de la mer de Galilée. Ces dernières images du Christ resteront gravées dans la mémoire des apôtres toute leur vie. Ils ont conscience que c’est la fin d’une étape de leur vie. Maintenant, ils ne verront plus le Seigneur de leurs yeux, ils n’entendront plus le son de sa voix, ils ne croiseront plus son regard. Pendant trois ans, ils l’avaient suivi partout. Maintenant, c’est terminé. Le Christ va disparaître à leurs regards.

Pour moi aussi, c’est la fin d’une étape. Le temps pascal parvient à sa fin, le temps ordinaire commence. Cela fait près de cent jours que j’accompagne le Christ souffrant, mort puis ressuscité. Tout au long du Carême et du temps pascal, j’ai eu tout le loisir de le rencontrer. Maintenant vient le moment de rendre témoignage de cette rencontre.

2. Ces derniers versets de l’Évangile selon saint Jean parlent précisément du témoignage : « C’est ce disciple qui témoigne de ces choses et qui les a écrites, et nous savons que son témoignage est vrai ». Comment mon témoignage peut-il être vrai ? Si je me dédiais à faire de la publicité pour les pneus Michelin, ma publicité ne serait vraie que si j’avais été mandaté par l’entreprise. D’autre part, je devrais respecter les indications données par les patrons de Michelin. C’est pareil pour le témoignage chrétien : c’est une mission que le Christ confie à ses disciples, et ceux-ci doivent l’accomplir selon la volonté du Seigneur.

Dans ce passage de l’Évangile, Jésus confie cette mission à Pierre et à Jean, de deux façons différentes. Saint Pierre devra rendre le témoignage suprême, celui du martyre. Saint Jean, lui, devra témoigner autrement : « Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? » Demeurer avec le Christ, c’était la meilleure part que Marie de Béthanie avait choisie, tandis que sa sœur Marthe s’affairait au service du repas. Saint Jean aussi a reçu cette meilleure part, il a reposé sur la poitrine du Christ. Dorénavant, il devra rendre témoignage de ces moments d’intimité passés avec le Maître. Et moi ? Quelle mission ai-je reçue du Seigneur ? M’appelle-t-il à témoigner par le martyre ? Ou veut-il faire de moi un confesseur, quelqu’un qui rende témoignage par la parole ?

3. Une question reste encore en suspens : pourquoi saint Pierre se retourne-t-il ? Est-il curieux du sort réservé à saint Jean ? A-t-il peur d’être conduit au martyre tout seul ? Est-il jaloux ? Il agit comme les disciples de Jean-Baptiste qui, tout amaigri par le jeûne, critiquaient les disciples de Jésus qui faisaient bonne chère. S’ils faisaient vraiment pénitence avec ferveur, ils ne penseraient même pas à critiquer ceux qui négligent le jeûne. Mais eux-mêmes jeûnaient à contrecœur. Ici, Pierre aussi regarde le martyre à contrecœur. Le Christ le reprend vigoureusement : « Que t’importe ? Toi, suis-moi ». Moi aussi, je renâcle parfois à la mission que j’ai reçue du Christ et je regarde les autres avec envie. Seigneur, apprends-moi à te suivre sans regarder en arrière ! Donne-moi le courage de te suivre sans peur.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, je voudrais te demander deux grâces aujourd’hui : fais-moi savoir quelle est ma mission et donne-moi la force de l’accomplir. Donne-moi le courage de témoigner de ton amour par la parole et par les actes, jusqu’au don de ma vie !

Résolution

Aujourd’hui, je rendrai témoignage en parlant de Jésus-Christ à quelqu’un que je rencontrerai.

Catholique.org.

12:47 Écrit par Nicou | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.