topblog Ivoire blogs

20/02/2015

« CONVERTISSEZ-VOUS ET CROYEZ A LA BONNE NOUVELLE » (Marc 1, 15)

Le Carême, pour nous chrétiens catholiques, c’est ce temps de purification et de repentance, de justice et de vérité, de pardon et de miséricorde, d’amour et de paix… En ces 40 jours de marche vers ‘’la Terre promise’’, le Seigneur nous donne ce moment de jeûne et de prière, de partage et de pénitence, de pardon et de communion... En effet, le carême chrétien, en tant que période de préparation à la fête de Pâques, répond à ceci : nous permettre (à nous chrétiens) de renouveler la ferveur de notre propre engagement chrétien. Nous avons accepté cette Alliance Nouvelle avec Dieu, et donc nous devons aller jusqu’au bout pour notre rédemption individuelle. Et pendant ce temps de préparation à la fête de Pâques, l’Église nous propose donc ces moyens sacrificiels pour raviver la flamme de notre engagement chrétien : le jeûne, la prière et le partage.
Aussi, le Christ nous invite-t-il à nous joindre à sa «révolution», une révolution intérieure qui commence d’abord en chacun et chacune de nous. L’essentiel de ce processus de conversion est de nous attacher à la personne du Christ. Une fois ce lien établi, nous pouvons plus facilement lutter contre le mal. On connaît bien la «conversion» de saint Paul. Celui-ci n’était pas un grand pécheur, bien au contraire car, selon la loi juive, il était un homme irréprochable, mais il a adhéré à Jésus Christ, et cela a bouleversé sa vie. C’est pourquoi nous devons copier sur lui qui est un modèle parfait de notre engagement. Des raisons nous permettent de jeûner et de prier pour notre propre transformation : 
- quand Dieu n’est plus présent et qu’il est remplacé par nos veaux d’or, nos dogmes économiques, nos idoles de toutes sortes d’adorations…
- lorsque les conflits familiaux conduisent à la violence et à la haine;
- lorsque nous refusons le pardon à ceux et celles qui nous ont offensés.
- lorsque nous sommes sous l’influence de nos addictions de toutes sortes…
Nous jeûnons aussi pour retrouver la solidarité avec :
- la grande majorité des habitants de notre planète qui souffrent de sous-alimentation;
- des milliers et des milliers de personnes meurent de faim chaque jour à travers le monde;
- d’innombrables personnes qui ne peuvent se procurer les médicaments dont elles ont besoin;
- les millions d’habitants qui ont le virus du Sida;
- le nombre incalculable d’enfants, de femmes, de personnes âgées tués ou blessés par les guerres ;
- les millions de personnes âgées qui souffrent de solitude et de manque d’affection, etc.
- les enfants que l’on oblige à travailler comme des esclaves, 10 ou 12 heures par jour ;
- les enfants soldats qui se font massacrer pour maintenir au pouvoir des dictateurs sanguinaires, etc. 
- d’honnêtes et innocentes personnes qui sont kidnappées, enlevées, assassinées ou décapitées dans notre pays …
Il faudrait également être solidaire avec tous ceux et celles qui portent le fardeau de la souffrance, de la maladie, de l’injustice et de la discrimination, des agressions, des accidents… que nous avons oubliés ou dont on ne se souvient même pas.
Par ailleurs, le jeûne chrétien peut prendre plusieurs visages et plusieurs formes: 
- jeûne de nourriture... un peu tous les jours, ou deux ou trois fois par semaine;
- jeûne de télévision, de magasinage inutile, de dépenses extravagantes;
- jeûne de partage avec ceux et celles qui vivent dans la misère;
- jeûne de temps de nos loisirs (sport de tous genres, musiques…), ce qui nous permet de faire du bénévolat; etc.
Aimables frères et sœurs dans le Seigneur, c’est surtout pendant les périodes plus difficiles que notre jeûne peut nous aider à redimensionner nos priorités et nos objectifs de vie, à rencontrer Dieu. Car il est un moyen efficace pour nous aider à trouver une alternative aux valeurs de notre monde de consommation, de cupidité et d’injustice. L’argent que nous épargnons sur les loisirs, la nourriture, les parties de fêtes, le magasinage, le luxe, peut être partagé avec d’autres. Notre temps et nos talents peuvent venir en aide à ceux et celles qui sont dans le besoin : «Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait», dit Jésus ! (cf. Mt 25, 31-46).
Puisse Dieu en Jésus Christ nous assister et nous remplir de force spirituelle pour arriver ensemble à une merveilleuse et joyeuse Pâque, victoire indubitable de « Celui-qui-s’est-donné-en-sacrifice ».il faut toutefois demeurer dans la prière. Très bon Temps de Carême. Amen ! 
Dieu nous bénisse et nous garde.


Votre frère dans le Christ l’abbé CLAUDIN DAVID G

14:49 Écrit par Nicou | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.