topblog Ivoire blogs

09/07/2013

"Voyant les foules, il eut pitié d'elles, parce qu'elles étaient fatiguées et abattues comme des brebis sans berger"

Regardez autour de vous, mes frères... : pourquoi y a-t-il tant de changements et de luttes, tant de partis et de sectes, tant de credo ? Parce que les hommes sont insatisfaits et inquiets. Et pourquoi inquiets, chacun avec son psaume, sa doctrine, sa langue, sa révélation, son interprétation ? Ils sont inquiets parce qu'ils n'ont pas trouvé...; tout cela ne les a pas encore amenés à la présence du Christ qui est « la plénitude de la joie et le bonheur éternel » (Ps 15,11).

S'ils avaient été nourris du pain de la vie (Jn 6,35) et goûté au rayon de miel, leurs yeux seraient devenus clairs, comme ceux de Jonathan (1Sm 14,27) et ils auraient reconnu le Sauveur des hommes. Mais n'ayant pas saisi ces choses invisibles, ils doivent encore chercher, et ils sont à la merci des rumeurs au loin...

Spectacle attristant : le peuple du Christ erre sur les collines « comme des brebis sans berger ». Au lieu de le chercher dans les lieux qu'il a toujours fréquentés et dans la demeure qu'il a établie, ils s'affairent en des projets humains, suivent des guides étrangers et se laissent captiver par des opinions nouvelles, deviennent le jouet du hasard ou de l'humeur du moment et la victime de leur volonté propre. Ils sont pleins d'anxiété, de perplexité, de jalousie et d'alarme, « ballottés et emportés par tout vent de la doctrine, par la ruse des hommes et de leur astuce à se fourvoyer dans l'erreur » (Ep 4,14). Tout cela parce qu'ils ne cherchent pas le « Corps unique, l'Esprit unique, l'unique espérance de leur appel, l'unique Seigneur, la foi unique, le baptême unique, le Dieu unique et Père de tous » (Ep 4,5-6) pour y « trouver le repos de leurs âmes » (Mt 11,29). 

Bienheureux John Henry Newman (1801-1890)

03:41 Écrit par Nicou | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.