topblog Ivoire blogs

19/05/2013

"L'Esprit Saint vous enseignera tout"

1. En cette solennité, nous faisons mémoire de l’événement qui a accompli l’œuvre du Christ sur cette terre. Après avoir bouleversé la vie de Pierre et des dix autres compagnons les plus proches, par sa prédication, ses miracles, Jésus est passé définitivement de ce monde à son Père et les a pratiquement abandonnés à leur sort - malgré toutes les instructions qu’il leur avait laissées. Et pourtant, par sa vie, sa mort et sa résurrection, les cœurs et les âmes des Apôtres, mortifiés par l’épreuve et dépassés par les événements, étaient comme une terre labourée, purifiée des plus gros endurcissements. Alors «  vint du ciel un bruit pareil à celui d’un violent coup de vent : toute la maison où ils se tenaient en fut remplie. Ils virent apparaître comme une sorte de feu qui se partageait en langues et qui se posa sur chacun d’eux. Alors ils furent tous remplis de l’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit » (Actes des Apôtres 2, 2-4).
Ainsi, l’événement de la Pentecôte clôt l’évangile et ouvre le chapitre des temps de l’Eglise : c’est l’époque de la propagation de l’évangile et du témoignage intrépide des chrétiens ; de la traduction de la «  Bonne Nouvelle ». Cette solennité nous rappelle que nous sommes introduits dans le même courant et que nous sommes appelés à transmettre ce que nous avons reçu, à faire fructifier la semence de l’évangile, qui tombe constamment dans notre terre.

2. Le départ du Christ «  de ce monde à son Père », définitivement scellé, suscite tout de même des questions : Comment la poursuite de la mission est-elle donc possible ? «  Le Christ, étant Dieu, connaissait le plan de Dieu, il faisait des miracles ; les hommes ne sont pas Dieu, donc ils n’ont pas les mêmes moyens... » Cette excuse est fréquente et semble être confirmée par le Christ lui-même : «  sans moi vous ne pouvez rien faire » (St Jean 15, 5). Cependant, le Christ lui-même, quand il était dans ce monde, n’a pas pris d’autre chemin que celui des hommes et il a promis : «  Vous accomplirez des œuvres plus grandes » (St Jean 14, 12).
C’est pour cela qu’il nous propose l’engagement de l’amour : «  Si vous m’aimez, vous resterez fidèles à mes commandements [...] » Voilà donc le chemin de réussite de la mission : rester fidèle à sa parole grâce à l’amour. Un véritable amour de Jésus s’exprime dans la recherche et l’attente du message, dans l’écoute de cette parole, dans l’intérêt pour les propos, les souhaits ou désirs du bien-aimé, notre frère, notre maître et seigneur Jésus Christ. «  Celui qui n’aime pas ne restera pas fidèle à mes paroles. »
Suis-je à l’écoute de Jésus ? Suis-je attentif ? Est-ce que je puise dans l’Évangile pour mes actions, mes aspirations et mes décisions quotidiennes ?

3. «  Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : l’Esprit de vérité ». Voilà la clef : Jésus part, mais il nous donne un autre Défenseur, qui nous rendra aptes à représenter Jésus, qui fera de chacun "un autre Christ" : par le sacrement de l’Eglise nous sommes pleinement aptes à accomplir l’oeuvre du Seigneur.
Est-ce que j’y crois ou est-ce que je me laisse tourmenter par le doute ? L’alliance d’amour posée sur la main que Jésus nous tend écarte tout doute et nous délivre de l’emprise de la chair (cf. Romains 8, 8), si nous la prenons. «  L’Esprit que vous avez reçu ne fait pas de vous des esclaves, des gens qui ont encore peur ; c’est un Esprit qui fait de vous des fils ; poussés par cet Esprit, nous crions vers le Père en l’appelant : ?Abba ! » poursuit l’apôtre Paul (Romains 8, 15). L’Esprit nous implique pleinement dans la mission : à nous de marcher, attentifs aux signaux qu’il nous envoie. Si nous vacillons encore, alors crions vers le Père.

Dialogue avec le Christ
Quand je me tiens sous l'abri du Très-Haut et repose à l'ombre du Puissant, je dis au Seigneur : « Mon refuge, mon rempart, mon Dieu, dont je suis sûr ! » C'est lui qui Te sauve des filets du chasseur et de la peste maléfique ; il Te couvre et Te protège. Tu trouves sous son aile un refuge : sa fidélité est une armure, un bouclier. (Psaume 90, 1-4)

Résolution
Méditer la prière du Notre Père.

Catholique.org

12:36 Écrit par Nicou | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.