topblog Ivoire blogs

21/04/2013

"Je leur donne la vie éternelle"

1. Il est la Vie et Il se donne pour moi et à moi. C’est la raison pour laquelle Il est venu. Cette image du pasteur n’est pas seulement bucolique. Elle va bien au-delà et le Christ l’explicite : « Je leur donne la vie ». Il n’est pas seulement gardien ou propriétaire, ce qui constitue déjà une relation de proximité, de dépendance et de responsabilité, comme le serait un berger commun. Mais « il nous a faits, et nous sommes à lui, nous, son peuple, son troupeau  ». Notre vie vient de Lui, nous est donnée par Lui, notre créateur. Et pourtant, comme un berger, Il doit nous acquérir. Il ne nous capture pas dans son troupeau. C’est à nous d’y aller, de Le suivre.

2. Non seulement Il me donne la vie, mais jamais je ne périrai. Il ne s’agit pas seulement de la vie naturelle, mais de la vie surnaturelle. Et qu’est-ce que périr ? Là encore il ne s’agit pas de la mort naturelle, passage obligé dans cette vie. Périr, Il nous l’explique Lui-même, c’est être arraché de sa main. Arraché, insinue que Lui voudrait nous garder près de Lui. Lui-même, Jésus, n’a-t-Il pas été arraché de la terre des vivants ? N’a-t-on pas essayé de Le faire périr éternellement, en lui donnant la mort. Il a été arraché, malmené, torturé, crucifié, enterré. Mais n’était-ce pas pour arriver jusqu’à l’extrémité où nous étions, perdus, égarés, à la fois esclaves et abandonnés à nous-mêmes. C’était notre situation d’hommes blessés par le péché originel, arrachés en quelque sorte à notre bonheur. Paradoxalement les parents transmettent la vie biologique à leurs enfants mais en même temps la mort spirituelle, la non-vie divine. Jésus est venu nous donner la vie éternelle. Cette vie vient du Père et seul le Père peut la donner. Ainsi c’est le Père qui donne les brebis au berger, dans le sens où Il les fait naître à une nouvelle vie. Et cette vie divine, une fois donnée, ne peut plus être effacée.Donc, la vie éternelle,c’ est d’être dans sa main.

3. Être dans sa main c’est suivre Jésus, le Pasteur. Le suivre c’est écouter sa voix. Dieu nous parle. Nous pouvons nous souvenir que «  la prière doit aller de paire avec la lecture de la Sainte Écriture, pour que s’établisse un dialogue entre Dieu et l’homme, car ?nous lui parlons quand nous prions, mais nous l’écoutons quand nous lisons les oracles divins’ » (Dei Verbum). Aujourd’hui Il se donne par sa parole ; c’est la lumière qui nous est donnée pour que « le salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. » Oui, le salut est arrivé jusqu’à moi. Et il veut pénétrer jusqu’au plus profond de moi, jusqu’à faire de moi une créature nouvelle. La création nouvelle s’effectue par le passage par la passion, mort et résurrection du Christ. Si nous mourons avec Lui, avec Lui nous régnerons. Soyons pleins de joie dans l’Esprit Saint et rendons gloire au Seigneur pour les merveilles qu’Il a faites.

Dialogue avec le Christ
Jésus, je fais partie de Ton troupeau, je suis Ta brebis, je suis dans Ta main. Tu me connais. Rappelle-moi sans cesse. Mon cœur est loin d’être comme le tien. Brûle mon cœur au feu du Tien pour qu’il te ressemble. Apprends-moi à faire taire les paroles, qui ne sont pas de Toi, en moi, pour que j’apprenne à reconnaître Ta voix et puisse Te suivre. Et même si je ne T’entends pas, ne me laisse pas seul.

Résolution
Répondre aujourd’hui au Christ qui m’appelle à Le suivre pendant cette journée. Penser à une manière concrète de Le suivre (par exemple une attitude, une action, une parole pour quelqu’un que j’ai prévu de voir, etc).

Catholique.org

00:05 Écrit par Nicou | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.