topblog Ivoire blogs

05/04/2013

"C’est le Seigneur"

1. « Je m’en vais à la pêche ». Pierre retourne à ses anciennes occupations. Il est dans une situation instable : Jésus n’est plus là. Les trois années d’apostolat, de mission avec Lui, avec leurs lots de miracles, de conversations enrichissantes, de questions ?réponses qui permettaient de comprendre ce que faisait Jésus, sont achevées. Pierre est un actif. Cette attente d’un inconnu qu’il ne saisit pas l’agace, le travaille intérieurement. Pour lui, la bonne solution, c’est de reprendre son activité d’antan, pas pour oublier, mais pour supporter l’attente. « Il vous précède en Galilée : c’est là que vous le verrez » lui ont dit les femmes, en revenant du tombeau, le jour de Pâques. Alors, il est là, dans ses terres qu’il connaît bien. Il attend à sa façon. Il faut du courage pour attendre un inconnu connu.

2. « C’est le Seigneur ». Après une nuit de travail infructueuse, un homme entre en conversation avec Pierre et ses compagnons de fatigue. Suivant ses conseils, ils jettent le filet et prennent une grande quantité de poissons. Ce signe leur révèle la présence de Celui qu’ils attendaient. Jésus se manifeste dans leur vie ordinaire, au milieu de leurs occupations, de leurs travaux quotidiens, de leur attente. Jésus vient à notre rencontre là où nous sommes et là où nous en sommes. Il n’est pas toujours facile de le découvrir. Les disciples d’Emmaüs ne reconnaissent Jésus qu’à la fraction du pain, après une bonne marche à ses côtés. Pierre et ses compagnons ont reconnu le Seigneur, mais un doute subsiste, une question les travaille : »« qui es-tu ? ». Passer de la rencontre avec un homme à la reconnaissance de Dieu n’est pas simple. « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits, c’est à moi que vous l’avez fait » »... Il est difficile de reconnaître Dieu en notre prochain.

3. « Jésus s’approche, prend le pain et le leur donne ». Le partage du pain devient le signe de reconnaissance de Jésus. Depuis la Cène, ce qui libère du doute qui peut subsister dans le cœur de ceux qui rencontrent le Ressuscité, c’est ce geste du pain partagé, ce geste eucharistique. Jésus s’est donné par la prédication, les miracles, sa présence physique pendant trois ans. Sa nouvelle Présence, c’est ce Pain, l’Eucharistie, son corps partagé pour nous rendre forts, pour nous donner le courage, comme aux apôtres, de ne pas retourner à notre vie d’antan.

Dialogue avec le Christ
« Seigneur, donne-la-moi cette eau : que je n’aie plus soif et que je n’aie plus à venir ici pour puiser » telle est la requête que la Samaritaine présente à Jésus. Seigneur donne-moi aussi ce pain ; surtout, apprends-moi à ouvrir mon cœur au moment de Te recevoir dans l’Eucharistie. Que ce Pain comble mes faims de chaque jour.

Résolution
Avoir une attention particulière pour mon prochain, en pensant Te servir en le servant.

11:17 Écrit par Nicou | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.