topblog Ivoire blogs

11/01/2013

"Il faut qu'il grandisse et que je diminue"

1. Avec un regard humain, quand on se met à la place de Jean Baptiste, la venue de Jésus détruit son ministère. La mission de Jean et des personnes qu’il a accompagnées, semble s’éparpiller quand le Christ arrive. De plus, Jésus Christ ne répond pas aux attentes de Jean. Jean ne voit pas pourquoi le Christ doit se laisser baptiser par lui, et demande au Christ s’il est vraiment le Messie. Et pourtant, il abandonne son jugement pour embrasser ce Messie qui arrive de façon inattendue. Laissons-nous suffisamment de place au Christ pour changer notre vision des choses ou du Salut ?

2. « C’est ma joie, et j’en suis comblé ». Jean n’est pas dans une attitude de supporter simplement l’avènement du Seigneur. Il déclare que la venue du Christ est sa joie. Il aurait pu se rebeller, se proclamer Messie, ou bien râler mais il accepte passivement. Jean se montre plus grand que ces simples réactions humaines. Il accueille cet événement comme un appel ou une irruption du Seigneur dans son quotidien. Et nous ? Notre réaction aux contretemps est-elle la rébellion ? L’acceptation passive ? Ou l’accueil de cette réalité avec joie ?

3. « Il faut qu’il grandisse. » Qu’est-ce que nous voulons faire grandir dans nos vies ? Quels sont nos rêves et nos désirs ? Est-ce que nous avons la même unicité d’amour pour le Seigneur que Jean le Baptiste ? Sommes-nous capables de laisser tomber nos propres projets pour embrasser ceux du Seigneur ?

Dialogue avec le Christ : Jésus, je renouvelle aujourd’hui ma complète disponibilité à Tes projets. Je Te laisse me déranger. Fais ce que Tu veux de ma vie.

Résolution
Me questionner par rapport à mes priorités aujourd’hui : ai-je laissé la place au Seigneur pour me déranger ?

(Catholique.org)

 

22:16 Écrit par Nicou | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.