topblog Ivoire blogs

19/09/2011

"Dis seulement un mot et mon serviteur sera guéri"

Après qu'il eut fini de faire entendre au peuple toutes ses paroles, il entra dans Capharnaüm.Or un centurion avait, malade et sur le point de mourir, un esclave qui lui était cher.Ayant entendu parler de Jésus, il envoya vers lui quelques-uns des anciens des Juifs, pour le prier de venir sauver son esclave.Arrivés auprès de Jésus, ils le suppliaient instamment: "Il est digne, disaient-ils, que tu lui accordesCela; il aime en effet notre nation, et c'est lui qui nous a bâti la synagogue."Jésus faisait route avec eux, et déjà il n'était plus loin de la maison, quand le centurion envoya des amis pour lui dire: "Seigneur, ne te dérange pas davantage, car je ne mérite pas que tu entres sous mon toit; aussi bien ne me suis-je pas jugé digne de venir te trouver. Mais dis un mot et que mon enfant soit guéri. Car moi, qui n'ai rang que de subalterne, j'ai sous moi des soldats, et je dis à l'un: Va! Et il va, et à un autre: Viens! Et il vient, et à mon esclave: Fais ceci! Et il le fait."En entendant ces paroles, Jésus l'admira et, se retournant, il dit à la foule qui le suivait: "Je vous le dis: pas même en Israël je n'ai trouvé une telle foi."Et, de retour à la maison, les envoyés trouvèrent l'esclave en parfaite santé. Luc 7, 1-10

 A la lecture de cet extrait de l’évangile de Jésus Christ selon St Luc, Je retiens deux faits majeurs.

 D’abord l’amour du centurion pour son esclave.                                                                  

Du temps de Jésus, les esclaves n’avaient aucun droit, ni pour se marier, ni sur leurs enfants : ils étaient entièrement sous la domination de leur maître. Le maître avait sur eux un droit de vie ou de mort. C’est pourquoi l’acte posé par le centurion prend tout son sens et révèle la grandeur d’âme de ce soldat. Le commandement nouveau du Seigneur « aime ton prochain comme toi-même » prend tous sons sens dans l’acte posé, alors que rien ne l’y obligeait. A travers cette marque d’amour pour son serviteur, il nous enseigne l’amour véritable. L’amour sans calcul, l’amour qui recherche l’épanouissement de l’autre.

Ensuite son humilité et sa foi totale en Jésus. :

 "Seigneur, ne te dérange pas davantage, car je ne mérite pas que tu entres sous mon toit ‘’ aussi bien, ne me suis-je pas jugé digne de venir te trouver. Mais dis un mot et que mon enfant soit guéri.’’ Luc 6,7b ; 7,7                                                                                                                                  

Le centurion, comme le publicain dans Luc 18,9-14, ne se sent pas digne de se présenter devant le Seigneur. Pauvre pécheur qu’il est, il délègue ‘’quelques-uns des anciens des Juifs, pour le prier de venir sauver son esclave’’ Il fait cette démarche d’humilité car il reconnait que malgré son statut social, son pouvoir et sa puissance ne peuvent rien pour la guérison de son serviteur, il réalise que le vrai pouvoir est en Jésus et Christ est le pouvoir. ‘’ Dis seulement un mot et que mon enfant soit guéri’’ Quelle belle profession de foi ! Ce centurion qui est certainement un païen comme corneille, nous donne à travers ces lignes une preuve de la foi totale en Dieu, il se remet en la miséricorde de Dieu. Il croit sans calcul, sans mesure ! N’est-ce pas ce que Jésus nous demande ! Il demande avec foi et Jésus l’exauce.

Seigneur nous nous remettons totalement à toi, comme le centurion, dis seulement un mot et nous serons guéris de notre manque d’amour, notre orgueil et nos doutes.

(Nicolas Anokoa K)

17:45 Écrit par Nicou | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.